Ce que je pense de la Tribune du Monde : petit billet #1

《 La liberté d’importuner 》 est depuis moins d’une semaine le sujet qui fait débat. Je ne suis malheureusement pas abonnée au Monde, mais rien que le titre amène réflexion.

Screenshot du Monde.fr, extrait de la Tribune sur la liberté d’importuner.

Je suis profondément humaniste. Je ne dis plus féministe, puisque j’ai l’impression que le mot est attendu avec une certaine haine et aussi parce que j’ai le sentiment que, désormais, on amène terme féminisme avec « femme > homme » alors que clairement « femme = homme ».

J’aurais écrit l’article en parlant de la liberté « d’essayer » plutôt que la liberté d’importuner. Logiquement, quand tu importunes, tu déranges et donc après c’est un poil chaud de nous choper – que ce soit dans le cas homme à femme, femme à homme, homme à homme ou femme à femme. Donc bye bye la sexualité avec celui ou celle que t’importunes. Clairement, dans la vie, il faut essayer et essayer ne veut pas dire forcément importuner. Importuner, c’est quand tu essaies mais que l’on t’a déjà dit : « non« . « Non », ce tout petit mot qui t’offre ta liberté. Non, je ne veux pas que tu me touches, non je ne veux pas que tu m’appelles chéri-e, non vraiment tu ne m’intéresses pas.

Mais apparemment, ce serait normal que quelqu’un se masturbe devant toi dans le bus, que quelqu’un te pelote les fesses dans le métro ou que quelqu’un t’interpelle tranquillou-bilou dans la rue avec des petits : « eh toi avec ta petite jupe ». Mais si les gens sont libres, pourquoi ces actions ne sont pas défendables ? Parce que l’on perd la notion même qui lit les Hommes : le respect.

Les signataires et auteurs revendiquent la liberté d’importuner, pour ne pas faire des femmes des victimes, pour ne pas les rendre faibles. Les femmes – et les hommes – en criant qu’elles/ils avaient été victimes d’agressions n’ont pas été faibles, mais ont bien été victimes. Quelle honte à être victime ? Aucune.

Ce qui me gêne avec cette Tribune, ce sont en fait les réactions. Au lieu d’amener des arguments pour contrer ces idées que l’on ne cautionne pas, on amène de la haine et des propos violents. Le Tribunal des réseaux sociaux pourrait être intelligemment utilisé, mais au lieu de cela, on voit fleurir insultes & appels au viol. Alors, dans ce monde où la parole des femmes se veut plus fort, laissons tout le monde s’exprimer et amenons arguments et esprit au débat.

Isaurement vôtre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s