A livre ouvert

Je me souviens encore du premier livre entier que j’ai lu et de ma fierté immense de l’avoir terminé. J’avais environ six ans et le livre en question était : Cédric,  mon papa est astronaute. Je me suis ensuite enfilée tous les Cédric, mais aussi le Club des 5, les Boules et Bill, les Twilight et tant et tant d’autres livres et BD que je ne saurais compter.

Et puis, les séries sont arrivées dans ma vie. Dès l’instant, j’ai beaucoup moins lu, je flânais beaucoup moins dans les bibliothèques et dans les librairies. A cela, s’est ajouté le Netbook que le lycée nous a prêté en seconde, puis mon cadeau de Noel, en première. Devinez: un PC.

J’avais perdu le goût et l’idée de lire. Je préférais les blogs, parler à mes copains ou écrire des conneries sur les réseaux sociaux. En plus, en parallèle, j’étais en section littéraire et je ne sais pas pourquoi, je m’étais mise en tête que certains livres étaient « impurs », aka. s’ils n’étaient pas de grands classiques, de superbes tragédies ou encore écrits pas d’incroyables auteurs validés par ma prof de littérature, il ne fallait pas les lire. J’étais, on peut le dire, une petite conne. Surtout, que je me forçais à lire des livres pour lesquels je ne ressentais pas grand plaisir. 

Alors, j’ai arrêté. En lisant deux, trois, comme ça, par ci, par là.

J’ai découvert un article, il y a deux ans. Un article racontant exactement la même chose que moi, maintenant. La jeune femme s’était laissée aspirer par le « ce qui est validé par la patrouille des littéraires ». Dans son article, elle expliquait alors, que non, il n’y avait pas de mauvaise lecture, dès l’instant où elle te fait plaisir, dès l’instant où tu es emporté-e, il fallait continuer. Cette idée m’est passée et je continuais de ne pas lire, même si toutefois, cette notion germait et grandissait.

Cette affirmation est un jour de juin devenue réalité. Je m’en souviens encore, c’était le jour de France-Irlande, je repartais en train, pour affronter ma sombre vie d’étudiante fan de bière et de rattrapages. Alors, pour m’occuper dans le train, j’ai chopé trois Harry Potter de mon frère. Et j’ai commencé. Et j’ai dévoré. La  lecture reprenait sa fonction, et dans ma tête, de nouvelles images, de nouvelles entités se sont créées. Je suis, déjà, devenue une inconditionnelle du monde d’Harry Potter (#teampoufsouffle), mais je me suis aussi rendue compte que le plaisir d’un livre, que j’aurais placé dédaigneusement sous l’étiquette « littérature jeunesse », était revenu. A ce moment de ma vie, où j’étais au fond du gouffre scolairement, Harry Potter m’a sauvée. Et en deux mois, malgré les cours, les beuveries, la Coupe d’Europe, les candidatures de stage, je me suis baffrée des 7 tomes du jeune sorcier.

Chose inédite pour moi, je suis tombée dans une mélancolie profonde à la fin du septième. Pendant une semaine, je me suis coupée des réseaux et vivais dans une espèce d’espace temps, jamais connue auparavant. Alors, je me suis souvenue de ce que disait ma mère : « la lecture a le pouvoir de t’emmener loin, même si physiquement tu es là. »

Depuis, je relis régulièrement. Pas autant que je le voudrais, mais je prends le temps. Dimanche dernier, je me suis engouffrée dans un petit roman pas piqué des hannetons qui vaut son pesant de cacahuètes – oui, j’essaie de parler comme ma mère. Heureuse de ce moment passé avec les mots d’un bon ouvrage, j’ai filé dès lundi dans la  première FNAC de Lisbonne, pour continuer dans cette lancée. J’ai acheté des trucs recommandés, et des qui ne le sont pas.

En résumé, lisez pour le plaisir. Faites-vous plaisir. Que personne ne vous dicte les auteurs à éviter, les codes de bonne pensée.

Isaurement vôtre.

PS: Oui, lire du Musso et du Lévy est autorisé. Marie Lopez aussi. Soyez décomplexé.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s